DAAU : inclassables et fiers de l’être

DAAU : inclassables et fiers de l’être

DAAU : inclassables et fiers de l’être

MUSIQUES Démarrage des « Au tour du lundi » aux Halles de Schaerbeek

On attendait avec curiosité de découvrir la nouvelle série de soirées intitulées «Au tour du lundi » dans la petite halle de Schaerbeek. Après «Vivement dimanche où des artistes avaient carte blanche pour oc­cuper une après-midi entière, c’est un peu le même principe, mais dans le domaine musical exclusivement, qui préside à cette nouvelle formule. Pour inaugurer le cycle, les Halles avaient invité le groupe DAAU (Die Anarchistische Abenunter­haltung) aussi inclassables que passionnant.

Violon (Buni Len­ski, 22 ans), violoncelle (Simon Lenski, 21), clarinette (Han Stubbe, 22)… et accordéon (Roel Van Camp, 24) sont les seuls instruments utilisés par le quatuor qui rappele, par mo­ment, le Balanescu Quartet avec ses reprises époustouflan­tes de Kraftwerk.

Pour le reste, DAAU est à la croi­sée de tant de chemins que tous les publics peuvent s’y re­trouver. Lundi et mardi, la petite halle était d’ailleurs bien pleine et on voyait s’y cotoyer les ama­teurs de roclOtendance dEUS), de jazz (d’obédience Aka Moon ou Kris Defoort), de musiques du monde, de classique, de con­temporain, de drum’n’bass, etc.

DAAU

Le principe de la carte blanche étant à la base de ces soirées, DAAU avait pleinement joué le jeu en allant chercher en Anda­lousie le trio Alma Flamenca et en invitant la chanteuse jamaï­quaine Angélique Wilkie et le DJ Doktorolive.

En guise d’apéritif, on décou­vrait un troisième frangin Len­ski, au piano, en duo avec Si­mon le violoncelliste pour un époustouflant voyage musical dans tous les genres qui allaient pimenter la soirée.

La conjonction des quatre ins­truments de DAAU faisait ensui­te surgir des parfums de tango, de musiques yiddish, celtes, orientales, tziganes avec citations rock et classiques au dé­tour d’un coup d’archet. Alma Flamenca prenait le relais pour deux titres enlevés avant que les deux groupes se mélangent dans une fusion parfaite entre les genres. Avec Angélique Wil­kie, le quatuor donnait une ver­sion particulièrement originale du reggae/ska, Buni s’amusant à jouer du violon comme de la guitare hawaïenne avant un « Co­mo Agua » explosif terminant la première partie.

Après un petit break de 20 mi­nutes, le groupe revenait, ac­compagné cette fois de furieux samplings, permettant aux qua­tre instrumentistes de se dé­chaîner comme peu de groupes de rock osent encore le faire. Et la soirée se terminait avec tous les participants dans un hypnoti­que déluge de décibels univer­sels.

Une exemplaire soirée de musi­que vivante à cent lieues des concerts prémâchés. Et une nouvelle formule dont on attend impatiemment la prochaine li­vraison, ce lundi avec Rodolphe Burger (ex-Kat Onoma) entouré de Jean-Marie Aerts, l’écrivain Eugène Savitskaya, Philippe Poi­rier, Melkizedek, etc.

JEAN-MARIE WYNANTS

«Au Tour du Lundi: Rodolphe Burger», lundi 19 avril aux Halles de Schaer­beek.

Le Soir, 16/04/99